Orientation fraîcheur: là où le plaisir de manger prend tout son sens

Entrevue avec Marc Ouimet, vice-président adjoint, mise en exploitation et services connexes

 

C’est un homme fébrile et émotif qui fut rencontré la semaine dernière, à quelques jours du lancement médiatique d’Orientation fraîcheur, cette nouvelle vision du Groupe Maurice concernant l’alimentation en résidence. Marc Ouimet est l’un des instigateurs de ce projet qui a été dévoilé au grand public le 2 octobre, après plus d’un an d’engagement. Il va sans dire que l’homme est heureux.

 

Cependant, tout comme un père qui voit son enfant entrer dans le « grand monde », ce n’est pas sans une pointe de nervosité qu’il laisse voler de ses propres ailes ce qui l’a nourri depuis plus de 13 mois. Orientation fraîcheur est, et sera sans équivoque, son plus beau et plus gros projet en carrière.

 

Mais laissons-le nous ouvrir son cœur, l’espace de quelques instants, aux abords de cet événement ultime dont la raison d’être est le bonheur des résidents. Vous découvrirez non seulement un projet fantastique, mais aussi la personne humaine et sensible qui se cache derrière l’idée, implantée en un temps record au sein de 26 résidences.

 

 

Comment vas-tu, Marc ? C’est tellement excitant ce qui s’en vient !

Oui, en effet ! Et je me sens bien. Très bien même. Je me sens fier en fait. Fier de pouvoir dire « ça y est, on l’a fait ! On est rendus là ! » C’est vraiment agréable comme sensation.

 

Explique-nous. D’où vous est venue l’idée d’Orientation fraîcheur ?

En septembre 2016, on a émis le souhait d’instaurer une vision, en accord avec les valeurs du Groupe Maurice, qui nous permettrait de faciliter l’approvisionnement des produits alimentaires selon les standards de qualité élevés de l’entreprise. Cette vision nous permettait donc de pousser encore plus loin notre vision d’une cuisine faite maison, d’une cuisine qui sent bon et qui GOÛTE vraiment. C’est en ayant « le plaisir de manger » en tête qu’est née Orientation fraîcheur.

 

 

Concrètement, c’est quoi ?

Tout d’abord, je tiens à dire que c’est vraiment Maurice Chartrand, gestionnaire du service alimentaire, qui est le maître de ce projet. L’idée a donc mûri. Si on voulait évoquer la cuisine d’antan, il fallait privilégier des aliments de saison, car c’est avec ça qu’on cuisinait à l’époque. Rapidement, c’est devenu une évidence qu’on devait, par exemple, mettre de l’avant les fraises du Québec contrairement aux fraises de la Californie. Oui, elles coûtent plus cher, mais elles sont tellement plus goûteuses !

 

Les produits frais et de saison ont un impact considérable sur le goût, et donc, sur l’« expérience » que vivront les résidents en les mangeant. Alors, lorsque ces aliments seront disponibles, on va les intégrer à nos recettes. Lorsqu’ils ne seront pas de saison, on fera appel à d’autres produits, et c’est correct comme ça.

 

Au Groupe Maurice, manger, c’est un moment que l’on considère vraiment important. Ce n’est pas juste de s’alimenter qui compte ; en tant que résident, quand je descends à la salle à manger, je m’assois avec d’autres personnes, je socialise. Même quand je suis seul, je vois d’autres personnes, ce qui fait que je me sens moins seul. Je suis stimulé quand même. En plus, nos chefs sortent des cuisines pour échanger avec les résidents, comme on le fait quand on cuisine à la maison pour nos proches. C’est une composante tellement capitale pour nous ! Au-delà de juste manger, l’expérience vécue en allant à la salle à manger fait toute la différence. C’est ça AUSSI, Orientation fraîcheur.

 

Mais pourquoi est-ce si important d’implanter une telle vision ? Vous ne vouliez pas vous concentrer sur des repas « santé » ?

On est certainement soucieux de faire de la nourriture qui est bonne pour la santé. Cela va de soi et là n’est pas la question. On considère simplement qu’on va au-delà de cette préoccupation première quand vient le temps de cuisiner. On veut d’abord faire de la nourriture goûteuse. De toute façon, en faisant tout, nous-mêmes, on contrôle inévitablement le sel, le sucre et le gras. Ce n’est pas de la nourriture pré-préparée qu’on cuisine : on fait nos bouillons, nos soupes, nos sauces… on fait tous nos desserts !

 

Je ne le dirai jamais assez : ce qu’on veut, c’est offrir du plaisir. Ça correspond aux valeurs épicuriennes du Groupe Maurice et au respect de l’individu que l’on prône. Qui suis-je pour dire à quelqu’un qui a 85 ans « tu ne peux pas manger de tarte au sucre » ? Il a 85 ans ! C’est un adulte vacciné qui a vécu plus que moi. Il est capable de prendre ses propres décisions.

 

 

J’ai entendu dire que le sens du goûter était un des seuls sens qui demeurait intact en vieillissant.

C’est vrai. C’est pourquoi manger demeure longtemps un plaisir. En plus, il y a une mémoire dans le sens du goûter. Tu goûtes à quelque chose, et ça te fait tout de suite penser à des souvenirs d’enfance. C’est la même chose avec la musique : tu entends un air et instantanément, ça te ramène dans le passé. C’est important pour nous d’aller susciter ces souvenirs-là.

 

 

Avec Orientation fraîcheur, vous mettez sur la carte l’importance de l’aspect culinaire des résidences pour retraités. Ce n’est pas rien, quand même !

Ce n’est pas rien, en effet. Mais on garde toujours en tête que c’est dans l’intérêt des résidents qu’on fait tout ça. Tu sais, celles et ceux qui ont aujourd’hui 80-85 ans, ils en ont goûté des choses dans leur vie. Les nouveaux résidents qui ont 75 ans et qui représentent le début de la génération « baby-boomers », ils ont voyagé ! Ils savent ce que goûtent les pâtes en Italie et les sushis au Japon ! On a donc comme responsabilité de s’adapter à ces connaissances-là en cuisine.

 

Par exemple, aujourd’hui, je suis allé manger à la résidence de Mont-Saint-Hilaire. J’ai pris une soupe aux tomates. Tu vas me dire : « c’est ordinaire une soupe aux tomates ». Peut-être. Mais le chef avait pris le temps d’ajouter des chips de prosciutto et une crème au pesto pour la décorer. Wow ! C’était tellement bon ! C’était tout simple, mais ça changeait tout.

 

 

Tu te sens confiant ?

Oui, parce que le mouvement est déjà entamé et on sent l’enthousiasme. Dans certaines résidences même, les résidents nous partagent leurs recettes préférées et le chef les concocte pour tout le monde ! Certains prennent aussi l’initiative d’aller cuisiner à l’aile Signature, où se trouvent nos unités de soins.

 

Toutes les occasions qu’on a de personnaliser notre approche, de « faire du bien » aux résidents, un à un, on essaie de les prendre. Il y a des histoires de ce genre toutes les semaines dans nos résidences. Quand je dis que le mouvement est entamé… Et ce n’est que le début !

 

Pour en savoir plus et visionner les vidéos sur le sujet, consultez legroupemaurice.com/leplaisirdemanger.

 

Restez connectés
Articles connexes
Laissez votre commentaire


vider le formulaireSoumettre